Россия, Москва
+7 (977) 495 - 21 - 36
La Recrudescence Des Escroqueries Au Prêt Rapide
La Recrudescence Des Escroqueries Au Prêt Rapide

Author: La Recrudescence Des Escroqueries Au Prêt Rapide

Depuis l'éclosion du crowdfunding en France, un vicieux modèle d'escroquerie s'est rependu sur le web en passant par les forums communautaires et dans Les escroqueries aux fausses promesses de pręt d'argent mails : de prétendus prêts en ligne délivrés dans de brefs délais, sans aucun apport, sans garanties et par des gens qui disent être des investisseurs particuliers. Il s'agit bien évidemment d'une arnaque, mais l'abondance des fausses annonces sur ces sites donne une idée de l'étendue du problème. Ainsi, un grand nombre d'internautes se sont fait dérobés à cause cette escroquerie.

La méthode de l'entonnoir

Appâter sa cible avec une offre de financement intéressante

L’escroquerie au crédit rapide prend toujours la forme d'un script plus ou moins crédible. Pour l'escroc, cette phase est essentielle car il sait que la réussite de son coup est en grande partie conditionnée par la crédibilité de son histoire. Lorsqu'il veut faire venir la plus importante quantité de personnes possibles, il écrit et publie une annonce sur des sites ayant beaucoup de fréquentation tels que Facebook ou Twitter. Beaucoup de pages très populaires ne contrôlent pas assez les espaces de discussion visibles par tout le monde, ce qui devient alors un terrain préféré des arnaqueurs.

Pour faire simple, l'escroc se présente comme une personne disposant d'un magot qu'elle espère faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux d'intérêt très faible. Souvent, il dit être un retraité désirant se passer de la Banque et donner ainsi l'image d'une personne philanthropique visant à tirer la société vers le haut. Ce mensonge a un seul objectif : profiter de la détresse financière des gens crédules en expliquant qu'un crédit est toujours possible, même avec de faibles revenus. Il propose de leur accorder un emprunt, même s'ils sont déjà endettés. Une fois la demande validée, le faux prêteur promet d'envoyer l'argent dans un délai record avec des échéances qui peuvent monter jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
Bien qu'il puisse paraître évident pour la plupart des gens que des offres de ce type semblent improbables, il est à noter toutefois que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent tomber dans le piège à cause de cette promesse de financement rapide qui les attire.

Envoyer des gages de confiance et de sérieux

Sur le web, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec plus ou moins d'imagination. C'est ainsi qu'agissent les arnaqueurs au faux crédit en créant intégralement un faux personnage qui viendra appuyer leur scénario. D'abord, ils s'efforcent à donner une identité française à ce faux profil. On évite donc les noms étrangers qui pourraient faire fuir certaines personnes. Il faut que la cible ait l'impression que l'investisseur se situe aux alentours. Dans un scénario bien orchestré, notre faux prêteur peut se faire passer pour une personne âgée ou fraîchement retraitée. Certains vont jusqu'à demander des fiches de salaire à sa future victime, d'autres lui demanderont de donner des réponses à une série de questions sur son emploi. Pour être un encore plus crédible, notre escroc n'hésitera pas à créer un grand nombre de faux profils avec lesquels il postera de faux témoignages qui serviront à vanter le sérieux de l'offre.

Approuver toutes les sollicitations

Quand la personne ciblée est persuadée du sérieux de l'opération, l'escroc peut maintenant passer à l'étape suivante. Il lui confirme alors qu'il donnera suite à sa demande de crédit, mais demande le règlement de certains frais par mandat avant de boucler définitivement la procédure. Ces frais peuvent s'élever à quelques centaines d'euros et servent à compenser le temps passé par l'investisseur à étudier son dossier. Ces frais sont, selon ses dires, obligatoires pour libérer le crédit. En cas de paiement, le faux prêteur lui ordonnera ensuite de s'acquitter d'une cotisation d'assurance de prêt obligatoire. Bien évidemment, la victime ne verra jamais son prêt arriver et l'escroc retirera les virements avant de disparaître complètement de la circulation.


Comment se prémunir contre ces escroqueries ?

En France, tout le monde n'a pas l'habilitation pour accorder un emprunt et le crédit entre particuliers reste une activité encadrée. Si une personne ou une société fait la promotion de services financiers via le web, le site est dans l'obligation d'afficher ses informations légales ainsi que ses conditions générales. Pour obtenir le statut d'établissement de prêt, tout organisme doit posséder un agrément de l'ACPR ainsi que d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. Chaque site de crédit entre particuliers doit nécessairement afficher ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit clairement d'une escroquerie.

Ensuite, il ne faut pas ignorer que les délais d'obtention d'un prêt sont assez longs et qu'il faut compter quinze jours avant l'obtention des fonds sur son compte bancaire. Et même si un individu avait de l'argent à placer ainsi, il analyserait sérieusement et profondément toutes les demandes avant de jeter son dévolu sur les plus solides.
Enfin, une banque n’octroierait pas un quelconque crédit (personnel, renouvelable ou immobilier) à un demandeur inscrit au FICP de la Banque de France pour des incidents de paiement.